• En exclusivité, CLAUDE m'a parlé de son nouveau projet d'ascension pour 2010 : Le MANASLU au Népal, 8e plus haut sommet de la planète dont le nom sanscrit signifie "Montagne de l'Esprit" ou "Refuge de l'Ame"
    Ayant gravi de nombreux sommets dans les Alpes (Mont-Blanc, Cervin, Grandes Jorasses, etc.) et ailleurs, je dois avouer que j’avais fait le tour de mes objectifs. C’est en 1996 avec l’ascension du KILIMANDJARO que j’ai découvert cette sensation exceptionnelle que procure le séjour en très haute altitude, après laquelle je ne cesse de courir. J’ai poursuivi ma quête en 2004 avec le PIC LENINE, puis en 2006, lors d’un voyage extraordinaire au Tibet, avec mon premier 8000m : le CHO OYU (8201m), et en 2008, au terme d’une fabuleuse aventure humaine avec l’ascension du BROAD PEAK (8047m)

    Les 8000, c’est l’aboutissement, la concrétisation

    de tout ce que j’ai appris en 25 ans d’expérience

     Les moments sur un sommet sont de courte durée, mais ces quelques minutes hors du temps sont si intenses qu’elles valent toute une existence. On contemple sans un mot, le monde d’en bas comme assis sur le rebord de la planète. Il n’est pas de mots pour décrire précisément ce que l’on ressent pendant ces instants qui restent les plus forts d’une vie. A croire que l’on laisse quelque chose là-haut la première fois et que l’on cherche ensuite inlassablement à le retrouver…

     Il n’y a rien de plus dur pour un alpiniste que de gravir un sommet de plus de 8000m, mais j’ai toujours été attiré par les grands défis et cette incroyable leçon d’humilité que procure le face à face avec la montagne. L’engagement est total, impossible d’être secouru à ces altitudes en cas de problème. Ce que je recherche dans ma démarche c’est me mesurer à ces différents éléments dans un immense milieu naturel où l’être humain ne peut pas tricher !

    Cette fois, c’est au Népal que je partirai pour tenter d’apprivoiser le MANASLU, 8e plus haut sommet du monde, situé dans la chaîne himalayenne. Un nouveau défi avec des règles toujours aussi exigeantes.

    Un voyage plus qu’un défi :

     Un voyage d’abord au bout de soi pour oser abandonner ses certitudes, apprendre à accepter ce qui vient, ce que la nature nous offre et aussi s’ouvrir à l’imprévu, aux autres. Les autres, ce sera l’autre voyage : découvrir le peuple népalais, imprégné de traditions. D’abord à Katmandou, creuset de la vieille civilisation newar, qui mecharmera à coup sûr. Katmandou, Patan et Bhaktapur, les villes les plus importantes de la vallée, toutes imprégnées par la tradition et la ferveur religieuse. On a longtemps surnommé le Népal  le « pays des dieux » ; j'irai à leur rencontre dans les chemins reculés qui mènent au Manaslu. Le voyage se transforme alors en aventure, une aventure d’expériences et de rencontres, faisant naître la capacité à apprécier les choses de l'existence, à partir de ce que l’on vit au jour le jour et non plus seulement dans les grands moments.

     

    Dans ces conditions extrêmes, s’occuper de soi sera difficile, pourtant il faudra pouvoir s’occuper de l’autre, atteindre le sommet ensemble. Et savoir aussi, si nécessaire, y renoncer pour l’autre.

     

    S’attaquer à un 8000 est une formidable aventure. Une aventure sportive et humaine où se côtoient des valeurs aussi fondamentales que rigueur et expérience, volonté et motivation, sécurité et audace, partage et solidarité.

     

    Pour un alpiniste, « faire un 8000 », c’est défier les lois de la physique et du physique, c’est également parfois faire face aux conditions naturelles les plus extrêmes de notre planète….

    Une éthique :

              Pas de porteurs d’altitude ; Pas d’oxygène ; Pas de trace laissée sur la montagne

    Notre expédition reposera sur le respect de l’homme et de l’environnement, la conscience de l’intérêt collectif et le respect des coutumes et des populations rencontrées.              

     Un voyage tout de lenteur et de retenue, pour cultiver le plaisir et le bonheur d’être là-haut.

    Un voyage unique et exceptionnel.


    votre commentaire
  • Le 31 juillet à 10h15 (heure française), mon ami Claude LABATUT est arrivé seul au sommet du BROAD PEAK (8047 m) couronnant de succés cette expédition française partie de PARIS le 28 juin.

    Le 14 août sur l'aéroport de Blagnac, épuisé et heureux, il a retrouvé sa famille et tout particulièrement ses filles, Céline et Amandine, qui ont été tout au long de cette aventure, sa principale et plus belle motivation.

    Un exploit sportif et une merveilleuse aventure humaine, faite de souffrance physique et de dépassement de soi, d'images inoubliables et d'émotions indescriptibles, de bonheur et de fierté mais aussi malheureusement de tristesse car d'autres alpinistes, rencontrés quelques jours auparavant, ne rentreront jamais chez eux, envoûtés par l'irrésistible beauté d'une maîtresse impitoyable, à jamais endormis dans les draps immaculés du K2.

    Aujourd'hui, il a retrouvé sa "planète" à l'Aiguillon et l'insipide routine de la vie quotidienne, entre son métier de tourneur-fraiseur et sa maison, récemment acquise, qui a besoin d'être rafraîchie. Dans ses yeux, toujours cette lueur indéfinissable qui le ramène auprès de ses amantes, qu'elle soit "Liberté" , "Déesse de Turquoise" ou "Montagne de l'Esprit"...

    Un homme hors du commun, qui force le respect et l'admiration ; un être passionné et volontaire qui reste humble face à ses exploits et fidèle à ses valeurs...

     


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    Les 5 alpinistes de l’expédition Broad Peak 2008, parmi lesquels l’enfant du Pays d’Olmes, <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on">Claude </st1:PersonName>Labatut, ont poursuivi leur périple par la vertigineuse KKH (Karakoram Highway) ; 24 h de bus au total d’Islamabad à Skardu (<st1:metricconverter w:st="on" ProductID="2290 m">2290 m</st1:metricconverter>) où le groupe a profité de l'hôtel pour prendre une dernière douche.

    <o:p> </o:p>

    Poursuite du voyage en 4 x 4 sur une piste étroite et défoncée, flirtant avec d’impressionnants précipices et offrant des paysages contrastés, mélange de montagnes arides et de plaines verdoyantes le long de la Shigar River. Malgré un éboulement sur la route, provoquant une grève des porteurs qui leur a fait perdre 2 h, toute l’équipe est arrivée à Askole (<st1:metricconverter w:st="on" ProductID="3050 m">3050 m</st1:metricconverter>), d’où <st1:PersonName w:st="on">Claude </st1:PersonName>a envoyé le message résumant leur journée et un bonjour particulier à l’Ariège.

    <o:p> </o:p>

    A partir de là plus de véhicule, la marche d’approche commence. Sous un soleil de plomb, ils ont traversé les champs cultivés d’Askole, les rochers et crevasses du glacier de Biafo pour rejoindre Jhula (<st1:metricconverter w:st="on" ProductID="3180 m">3180 m</st1:metricconverter>) après 5 h de marche. Nouvelle étape de 5 h le lendemain pour atteindre Paiju (3500m), où ils se sont installés pour une journée de repos et d’acclimatation.

    <o:p> </o:p>

    L’incertitude sur leur position va planer pendant deux jours car ils n’ont pas donné de nouvelles pour économiser les batteries, deux de leurs panneaux solaires étant tombés en panne. Parvenus au camp de base (<st1:metricconverter w:st="on" ProductID="4900 m">4900 m</st1:metricconverter>) le 8 juillet après une très longue marche, l’énorme silhouette du Broad Peak s’offre à leur regard, un panorama à 360° sur les très acérés Mitre et Crystal Peaks et d’autres sommets qui, à ce jour, n’ont pas encore de nom. Le K2 s’est dévoilé progressivement pour leur offrir un magnifique spectacle et leurs premiers frissons. Ils ont mis à profit leur 1ère  journée de repos au camp de base pour préparer la première rotation de matériel vers le camp 1 et répartir les charges dans les sacs, à raison de <st1:metricconverter w:st="on" ProductID="15 kg">15 kg</st1:metricconverter> environ par personne.

    <o:p> </o:p>

    Le dernier message du chef d’expédition, Serge Civera, est très optimiste, les 5 alpinistes vont bien et sont motivés pour attaquer la phase d’ascension qui sera ponctuée par 3 camps d’altitude (5700, 6400 et <st1:metricconverter w:st="on" ProductID="7200 m">7200 m</st1:metricconverter>). 28 jours d’acclimatation, d’approvisionnement en matériel et nourriture des camps d’altitude avant la tentative d’ascension.

    <o:p> </o:p>

    A suivre sur le site broadpeak.free.fr où vous pourrez entendre les membres de l’expédition faire à tour de rôle le compte rendu de leur journée.

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, ils entament la marche d'approche qui devrait les amener d'ici quelques jours au camp de base situé à 4900m d'altitude.
     
    Sur le site www.broadpeak.free.fr, les websmasters Yann et Fred mettent en ligne chaque soir les infos et photos qu'ils reçoivent des 5 alpinistes et les ariégeois qui les suivent quotidiennement ont eu, hier soir, le plaisir d'entendre la voix de Claude.
     
    Les messages de soutien et d'encouragement témoignent de l'engouement des visiteurs pour cet exploit, de leur respect et de leur affection pour ces hommes d'exception.

    votre commentaire
  • Mon ami Claude est parti... et mes pensées l'accompagnent !
     
    L'aventure a commencé ce matin à 6h sur l'aéroport de Toulouse Blagnac quand son avion a décollé pour Paris où il a retrouvé ses compagnons d'aventure : l’espagnol Oliver, le ch’ti Stéphane et deux ariégeois : Serge Civera, chef d’expédition, natif de Vicdessos, et le couserannais François Galy qui, à la fermeture de l’usine Péchiney Auzat, sont partis respectivement à Dunkerque (Nord) et à Saint Jean de Maurienne (Savoie).
     
    A leur arrivée à Islamabad, située à 600 m d'altitude, aux abords des contreforts de l'Himalaya, d’où ils ont envoyé leur premier message téléphonique,  ils ont récupéré les 200 kg de frêt (matériel technique et nourriture d'altitude), expédié plusieurs jours avant. 
     
    Dès le lendemain, ils se sont lancés sur la vertigineuse KKH (Karakoram Highway), ancienne route de la soie qui relie le Pakistan à la Chine. Après 24 h de bus et 7h de 4 x 4 , ils ont atteint Askole où commence la marche d'approche !
     
    A suivre… sur le site broadpeak.free.fr ou nombre de visiteurs qui se passionnent pour cet exploit ont déjà laissé de multiples messages.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique